[Psychologie] Le deuil

17/02/2013 17:12

Le deuil est le passage qui survient après la perte d'un proche. C'est un moment obligé pour se remettre de cette mort. Cependant, il est possible d'être en deuil dans le domaine sentimental, lors d’une rupture et dans le domaine professionnel, lorsqu’on arrive à la fin d’un contrat, ou lors d’un licenciement. Une psychologue a décrit sept étapes que chacun passe lorsqu'il est en période de deuil.

Pourquoi je vous parle de ces sept étapes ? Tout simplement, parce que comme dit plus haut, le deuil peut être possible dans beaucoup de cas selon la sensibilité de tel ou untel personne. Il est naturel que si on vous annonce la mort d'un de vos parents que vous soyez marqué. C'est la même chose pour vos personnages ! Ce ne sont pas des robots et si un de leurs parents meurt, il est normal qu'ils agissent comme nous.
Donc voici les sept étapes du deuil pour vous guider. Ces étapes peuvent être plus ou moins longue, à vous de jouer avec cela.

Prenons l'exemple de Jean qui a perdu son hamster.

Etape 1 – Le Choc : C’est une phase courte qui survient juste à l’annonce de la perte. En apparence, la personne ne semble pas avoir d'émotion. C'est le moment où on encaisse la nouvelle.

Exemple : Jean est choqué et reste plusieurs minutes devant le cadavre de son animal.

Etape 2 – Le Déni : C’est le refus de croire la perte, on conteste ce qui est arrivé. Le rejet de l'information fait place à une discussion intérieure ou/et extérieure. Certaines personnes s’enferment dans cet état de déni (préservation de la chambre du disparu intacte, etc.).

Jean se dit que c'est impossible, qu'il doit y avoir une erreur, qu'il rêve etc... « Non, non c'est impossible ! »

Etape 3 – La colère et le marchandage : Confronté à l'impossibilité d'un retour à la situation première, la personne va ressentir de la révolte vers soi et vers les autres. Cela engendra une phase de marchandage plus ou moins forte parfois "magico-religieuse". On promet à une "entité invisible" de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir. La pensée de la personne s’alimente de fortes contradictions. Elle peut s’emporter par, s’enfermer dans le plus grand mutisme ou être animé par des pulsions de vengeance.

Jean dit à Dieu que s'il lui rend son hamster, il aura de bonne note à l'école.
Jean crie contre son père car il n'a pas voulu acheter la même nourriture que d'habitude et c'est ce qu'il l'a tuer ! / Jean s'en veut de ne pas avoir beaucoup joué avec son hamster. Il a du beaucoup s'ennuyer voire peut-être qu'il s'est laissé mourir !

Etape 4 – La tristesse : C’est un état de désespérance, de larmes. La dépression est souvent proche de cette phase. La personne se renferme et fait des crises de larmes.

Jean : « Que vais-je devenir sans mon hamster ? A qui vais-je dire tous mes secrets etc. »

Etape 5 – La résignation : La personne se résigne, elle abandonne tout espoir et n'a aucune visibilité du futur. Cette résignation peut aussi être composer de rejet.

Jean se dit que cela arrive. C'est le destin qui choisit.

Etape 6 – L'acceptation : Dans cette étape, la personne accepte la perte et est capable de garder les beaux moments mais aussi les moins bons. Elle commence à se sentir mieux et l'avenir ne semble pas aussi noir qu'avant.

Jean comprend que ce n'est qu'un hamster et qu'il en aura d'autre.

Etape 7 – La reconstruction : Il faut reconstruire progressivement, preuve que la personne ne peux s'en tenir qu'à la résignation. La personne en deuil prend conscience qu'elle est en train de changer et de se reconstruire, ce qui amène à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et à prendre conscience de son existence. Cette démarche développe la confiance en soi. Le sentiment de vulnérabilité fait place à une nouvelle énergie et, pour le croyant, une plus grande confiance en Dieu.

Jean achète un nouvel hamster.

Ainsi, il ne tient qu'à vous de respecter ou non ces étapes. Personnellement je placerais l'étape "Colère et Marchandage" après ou voire même en même temps que l'étape "Tristesse". Mais il ne s'agit là que de mon avis personnel !

Pour les enfants
N'oublions pas que les enfants ont des perceptions de la réalité différentes des adultes. Certains comprennent et passent donc par les mêmes étapes de deuil que les plus grands, d'autres, trop jeunes ont des réactions totalement différentes selon l'âge. En voici quelques-unes :

De 0 à 3 ans : L’enfant n’a pas conscience de la disparition de l’être, mais il ressent ce que ressentent les autres, comme la tristesse. Il peut être envahi par des angoisses de séparation.

De 4 à 6 ans : l’enfant a conscience de la mort , mais il la perçoit comme temporaire. Il protège ses parents attristés, trop parfois, car il ne peut exprimer sa propre souffrance, qui peut se réveiller bien des années plus tard de façon inconsciente et invalidante.

Entre 7 et 10 ans : Il comprend que la mort est irréversible. Il éprouve un fort sentiment de culpabilité, car il croit que ses pensées ont pu changer le cours des choses.

L’adolescence est une période à risque, car elle est, à elle seule, une période de deuil (deuil de l’enfance).

Très souvent, les enfants ont besoin de conserver un lien avec la personne disparue et il arrive fréquemment qu’on “surprenne” l’enfant parlant avec elle, parfois il mime cette mort. Ce ne sont pas des réactions anormales.

Maintenant, vous avez toutes les cartes en main pour écrire le deuil de vos personnages ! N'oublions pas que chaque personne est différente et que donc ces étapes le seront aussi !


Sources :
http://www.cdeville.fr/article-32408659.html
http://www.inmemoriam.be/fr/infotheque/porter-le-deuil/lenfant-et-son-deuil/#.VmILlLyLe1E

Sujet : [Psychologie] Le deuil

Aucun message nʼ a été trouvé.

Nouvel avis

Rédigé par Miho Feldre

Ni écrivaine, ni autrice. Juste quelqu'un qui aime lire et écrire. Blogueuse, apprentie-écrivaillonne, gribouilleuse, désastreuse cuisinière, rêveuse, vagabondeuse, lectrice, poisson rouge, je...