[Figure de style] La métaphore filée.

17/04/2013 21:01

Faire une métaphore filée.


Petit rappel :

 

Ne pas confondre métaphore et comparaison !

 

Une comparaison : Figure de style qui rapproche un comparé et un comparant à l'aide d'un comparatif.
Une métaphore : Figure de style qui rapproche un comparé et un comparant, sans comparatif.

 

- L'homme était grand comme une armoire à glace.

= Comparaison car, il y a un comparatif, « comme ».

 

- L'homme est une armoire à glace

= Métaphore car il n'y a pas de comparatif.

 

 

Une métaphore filée, Késako ?

 

Une métaphore filée est une métaphore qui s'étend sur plusieurs lignes.

 

Premièrement, je vous propose de comparer la métaphore filée à une fermeture éclair.
D'abord, on a deux parties distinctes qu'on rassemble dans le mécanisme, puis on va doucement remonter le zip, jusqu'à fermer la fermeture.
Même principe pour la métaphore filée. On a deux termes différents que l'on rapproche par une première métaphore/Comparaison (La fille était frêle et vive comme un oisillon) Petit à petit on continue à « comparer » les deux termes.


« La fille était frêle et vive comme l'oisillon, cherchant sans cesse à prendre son envol. Un jour, elle battra des ailes et s'envolera vers cette liberté. Elle gouttera au bonheur de voyager, à l’excitation de voltiger dans les airs et enfin pourra vivre. Mais ses ailes sont bien trop fragiles, elle tombera avant même d'atteindre la liberté. S'en suivra une chute sans fin dans le gouffre qui se finira par un violent choc. Et alors notre oiseau sera mort... »
Écrit à l’arrache par moi, on évitera de critiquer ceci.


Dans cette métaphore filée, la jeune fille insouciante ne réalise pas les dangers de la vie. Si elle essaye de « Prendre son envol », elle vivra un moment dans la joie puis quand elle se rendra compte qu'elle est trop faible pour survivre, tout s'écroulera autour d'elle et sa vie sera foutue.
 


Mais POURQUOI utiliser ce procédé ?

L'image donnée grâce à ce procédé est bien plus forte. Il est naturel que vous avez un ressenti plus intense avec mon exemple qu'avec les explications. Voilà le but de ce procédé. L'air de rien nous filons nos métaphores assez souvent. Par exemple, avez-vous remarqué le commencement de métaphore au début de cet article, celle où je compare ce procédé à une fermeture éclair ? Techniquement ce n'est que le brouillon d'une métaphore. Je vais vous donner une technique pour vous aider à en écrire.

– Technique lue dans Comment écrire son premier roman de Pascal PERRAT. –
« 1) On liste un maximum d'analogies possibles entre un train et un roman. […] Ce premier temps est un mini brainstorming. Bannissez toute censure !

[...]

2) On ne retient que les rapprochements qui vont générer des images fortes et originales

Sachez que les premières [Analogies trouvées] sont celles auxquelles tout le monde pense immédiatement, donc plutôt banales. Plus votre recherche d'analogie sera approfondie, plus vous aurez de bons matériaux pour filer la métaphore. Cela dit, évitez d’accumuler les rapprochements, de tout vouloir mettre dans la métaphore que vous filez. »

Quelques exercices :

Filer les deux termes suivants :
- Une liaison amoureuse et une liaison téléphonique (Pascal PERRAT)

- Un jeu vidéo et la guerre
- Une trousse et une souris

Bref... Prenez les premières choses qui vous viennent à l'esprit.
Montrez-nous de quoi vous êtes capable ;)

(Si besoin de plus d'information, merci de me contacter)

Rédigé par Miho Feldre

Ni écrivaine, ni autrice. Juste quelqu'un qui aime lire et écrire. Blogueuse, apprentie-écrivaillonne, gribouilleuse, désastreuse cuisinière, rêveuse, vagabondeuse, lectrice, poisson rouge, je...